Bâtiments administratif et commerces

Bâtiments administratif et commerces

UEFA "Bois-Bougy", Nyon

HISTORIQUE / SITUATION

Compléter le campus UEFA. Le bâtiment administratif de Bois-Bougy fait désormais partie du nouveau campus de l’UEFA. Le principal projet de l’actuel président, Michel Platini, consiste à promouvoir une image saine du football et des associations qui le dirigent, au travers des notions de respect mutuel et des règles établies, qu’elles soient sportives, sociales ou économiques. La question d’une conscience environnementale accompagnant le même idéal, la conception du projet architectural s’est fondamentalement appuyée sur cette attitude. Un concours d’architecture,
lancé en 2008, pour l’ensemble du parc de la Métairie prévoyait la
réalisation de deux bâtiments de services, au Nord de la route cantonale, afin de pallier le déficit de surfaces administratives dans le bâtiment du siège de l’UEFA. La réalisation des deux nouvelles entités permet de déplacer l’ensemble des activités sur un seul site et répond ainsi à l’idée de créer un campus UEFA. L’idée d’un campus est un premier choix pertinent vers une meilleure coordination et gestion des évènements sportifs, mais aussi l’occasion de créer une identité plus forte de l’association sportive.

Dans un lieu magnifique à l’entrée de la ville de Nyon, la nouvelle construction profite du parc dans lequel elle s’inscrit, partageant la parcelle avec le bâtiment de la Clairière.
Les constructions proposent un intense échange spatial et fonctionnel avec l’environnement végétal dans une forme de “réconciliation” avec la nature. Le bâtiment de Bois-Bougy respecte et consolide la hiérarchie établie. La perception qu’on a de lui depuis la route Suisse est très discrète, presque invisible grâce à sa faible hauteur et son important retrait. Le siège, situé dans la partie la plus spectaculaire, garde ainsi son rôle représentatif et  le bâtiment de la Clairière remplit son rôle de signal le plus visible du campus grâce à son emplacement, sa forme et sa hauteur.

PROJET

Appartenance au parc de la Métairie. Son positionnement, parallèle aux prises de lumières du parking souterrain, maintient un lien presque invisible avec le bâtiment de la Clairière. La façon dont il se pose sur le terrain et l’intégration de la pente naturelle du site montrent des analogies avec celui-ci.
La création d’un espace extérieur rythmé par des patios et reliant les deux extrémités du bâtiment est essentiel pour la compréhension du projet. En effet, tout en conservant un caractère urbain, il laisse pénétrer le parc à l’intérieur du bâtiment. L’architecture de la Clairière et de Bois-Bougy se soumet aux règles de composition du parc, telles que la topographie, la végétation ou la présence de chemins.

Le plan de la nouvelle construction oriente l’ensemble des espaces de travail vers le parc.
Comme dans le bâtiment de la Clairière il n’existe pas de façade privilégiée, mais des vues variées et uniques sur le magnifique cadre naturel qui l’entoure. Sa grande profondeur est exploitée pour organiser les fonctions collectives et de services au centre. En entourant les deux patios, ils profitent de la lumière naturelle et de la végétation. La pente naturelle du parc permet un accès direct des piétons et des vélos au niveau du rez-de-chaussée inférieur du bâtiment.

Ce niveau du socle a un caractère mixte: il propose une zone de livraison depuis le parking, ainsi que des locaux techniques et de dépôts au centre. A l’Est, des salles de réunions collectives bénéficient d’un accès indépendant et d’une belle lumière naturelle. Un niveau complet de sous-sol, aussi connecté au parking, permet d’étendre le nombre de places de stationnement au maximum autorisé par le plan de quartier.

Le principe constructif général exploite les caractéristiques statiques et expressives du béton. Ce choix de matériau unique consolide et prolonge l’expression architecturale proposée par le premier bâtiment, formant ainsi un seul ensemble architectural, tout en créant des variations autour d’un thème. Les grands avant-toits en béton ont une épaisseur plus importante, permettant de mieux intégrer les installations techniques, mais aussi de mieux contrôler la pénétration de la lumière naturelle. L’expression du bâtiment est moins spectaculaire que celle de la Clairière, correspondant ainsi au choix hiérarchique, tout en développant une performance énergétique encore meilleure.
Les portées statiques moins importantes combinées avec la présence d’un parapet a permis la réalisation de porteurs de façade extrêmement minimalistes, induisant une forte tension spatiale entre les espaces de travail et le parc.

La volonté de maintenir aussi le béton comme surface de finition des noyaux conduit à une réduction importante des matériaux employés à l’intérieur des espaces. En effet, la moquette au sol et le doublage en bois des contre-coeurs sont les seuls autres matériaux utilisés.

Cette décision s’accompagne d’un travail en finesse sur le choix de diverses textures des bétons. Du désactivage des socles, au léger sablage des préfabriqués de façade jusqu’aux surfaces lisses des noyaux, le béton reste l’acteur principal des atmosphères du lieu. Le caractère calme dégagé par la présence de cette surface blanche et silencieuse laissera à la nature environnante le rôle du protagoniste riche en couleurs et en changements, durant toutes les saisons de l’année.

Le couronnement conceptuel du projet concerne les aménagements extérieurs, pour lesquels les choix proposés lors du concours d’architecture de 2008, ont été consolidés et confortent le cadre naturel indigène du parc en proposant la plantation d’espèces déjà existantes sur le site.

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Label Minergie Eco et économie de ressources.  Les matériaux simples du bâtiment et la réduction de l’usage de ceux-ci correspondent aux valeurs du développement durable et au label Minergie Eco.

En effet, le béton appartient, avec le bois, aux solutions les moins gourmandes en énergie grise et consommation de CO2, proposées par les instruments fédéraux d’analyses tels que la KBOB. Le but que vise cette Conférence de coordination des services de la construction et des immeubles des maîtres d’ouvrage publics est d’ “Économiser les ressources tout en améliorant la qualité”

Les solutions utilisées pour les installations techniques sont un autre élément fondateur du projet. Tout en gardant la même philosophie que dans le bâtiment de la Clairière, les concepteurs ont opté pour des installations encore plus performantes et respectueuses de l’environnement.

Une pompe à chaleur magnétique, de tout récent développement, double les performances énergétiques de la production de chaleur. Le contrôle de l’intensité lumineuse des luminaires durant la journée permet une sensation physiologique et énergétique idéale.

La modification de la topographie autour du bâtiment permet de donner de l’emphase avec la nature environnante, tout en pénétrant d’une façon presque naturelle à l’intérieur de la rue couverte. Les patios qui rythment cet espace et les plantes couvrant le sol donnent à ce lieu un caractère unique et surprenant