Bâtiments administratif et commerces

Bâtiments administratif et commerces

Pont-Rouge, 1227 Carouge

HISTORIQUE / SITUATION

La prochaine mise en service du CEVA donne un coup de fouet aux quartiers vivifiés par la nouvelle liaison ferroviaire. C’est le cas de la zone située autour de la gare de Pont-Rouge qui devient la porte d’entrée de la ville depuis le plateau de Lancy. Le nouvel ensemble représentera l’environnement quotidien de milliers de personnes pour des décennies.

Le défi consistait, sur la base d’un plan de quartier qui fixait un gabarit ainsi qu’une surface brute de plancher, à créer un projet cohérent et harmonieux propre à garantir l’épanouissement de tous les usagers qui le fréquenteront.

Le projet du nouveau secteur d’activités se lit comme une constellation de formes géométriques complexes. Son identité se fonde d’abord, à l’échelle urbaine, sur une découpe précise des volumes qui offre des relations spatiales complexes mais cohérentes. Ensuite, à l’échelle du quartier, elle se caractérise par une grande perméabilité favorisant les échanges ainsi que par la qualité des aménagements extérieurs qui garantissent la richesse d’usage et la convivialité.

PROGRAMME

Ce projet correspond à la première étape d’un projet immobilier qui se compose de deux bâtiments distincts. Il comprend trois entrées sur la route du Grand-Lancy qui conduisent à des surfaces administratives dans les étages. Le rez-de-chaussée regroupe des commerces.
Aucun logement n’est prévu.

PROJET / CONCEPT

Sur la base du plan de quartier et de ses contraintes, le projet crée un « morceau de ville » doté d’une grande richesse morphologique. Une succession d’espaces publics en chapelet, de parties étroites ou dilatées, crée un parcours varié à l’échelle du piéton. Le caractère dynamique ou statique de chaque partie est en rapport étroit avec l’affectation des espaces commerciaux connexes. Plus globalement, l’intention est de marquer un axe majeur est-ouest dans la continuité de la future Croix-Verte du projet Praille-Acacias-Vernets (PAV), par une succession de places séquencées par des passages plus serrés au caractère de rues. Cette approche met en valeur des ambiances différentes tout en gardant en toile de fond la continuité de l’axe vert.

La plastique exacte de chaque bâtiment optimise l’identité propre de chaque lot en renforçant la cohésion de l’ensemble. Le jeu de terrasses à différents niveaux est généralisé à l’ensemble du site. Par exemple, la liaison entre deux bâtiments crée une terrasse au niveau du plateau ferroviaire et fait tampon entre les nuisances des activités de transport et la place principale, tout en proposant des activités récréatives pour le quartier. Le jeu des loggias en façades complète la variété des espaces extérieurs développés dans ce projet. Cet élément
typologique rapproche le monde du travail de la vie domestique et permet de bénéficier d’espaces de pause et de détente à l’extérieur.

RÉALISATION

La structure est constituée d’un système de poteaux et de dalles préfabriquées. Le rythme régulier des façades, leur minéralité en granit, les fenêtres verticales, la modénature ont l’ambition d’échapper aux phénomènes de mode pour inscrire le projet dans la durée et une certaine intemporalité. La découpe expressive des volumes et la présence des loggias participent d’un langage contemporain qui revisite la vie sociale des espaces administratifs. La proportion entre pleins et vides optimise le rapport entre lumière naturelle et performance thermique de l’enveloppe. L’entraxe des piliers garantit une souplesse maximale dans la partition des bureaux. Les intérieurs se caractérisent par un aménagement de base « semi-fini ».

TECHNIQUES

La répartition des locaux administratifs prévoit 50 % de bureaux paysagés, 30 % de bureaux et 20 % de salles de conférences. En conséquence, les débits d’air et les puissances de chaud/froid ont donc été définis selon cette règle avec une distribution de chaud par îlots ou poutres thermiques. Des centrales de traitement d’air sont prévues de type double flux avec récupérateurs d’énergie à haut rendement. Le bâtiment répond au standard Minergie.

AMÉNAGEMENTS EXTÉRIEURS

Le site de Pont-Rouge se situe de part et d’autre de la gare CEVA, au croisement de deux axes majeurs, la route du Grand-Lancy et la route des Jeunes. Le projet prévoit de créer une nouvelle adresse pour les cinq bâtiments d’activités, une place qui s’étend de part et d’autre de la ligne CEVA et se définit par une grande plateforme qui se distingue clairement de ses environs. Cette esplanade est caractérisée par un grand parquet en pierre naturelle. Sur cette surface, une bande de pierres structure et meuble l’espace à usage public. Dans les cours, le ruban devient volume et permet de s’asseoir ou de jouer. Il définit des endroits où sont plantés de grands arbres. Le stationnement des vélos et motos se fait soit en sous-sol soit en périphérie de l’esplanade, dans les abris partiellement couverts.

Les toitures qui s’étagent à tous les niveaux sont autant « d’espaces à vivre » qui communiquent entre eux et participent à l’agrément du quartier. Les toitures végétalisées contribuent à la convivialité des utilisateurs, au confort climatique et à la rétention des eaux de pluie.

L’éclairage fait partie intégrante de la qualité des espaces publics. Un projet de lumière maîtrisé et cohérent est une donnée essentielle pour assurer la continuité entre jour et nuit en termes d’ambiance et de sécurité. Les espaces sont rythmés par des lampadaires à l’échelle des piétons qui contrastent avec les façades imposantes des bâtiments. Les arbres qui s’y trouvent sont éclairés par des spots placés en contre-haut de manière à créer un jeu d’ombres portées sur le sol et donner des airs de square à ces endroits. Ainsi, une fois la nuit installée et les bureaux éteints, les bâtiments se détachent faiblement de la pénombre.

DÉFIS

Les défis ont été nombreux et importants, avec la création d’une rue de 14 mètres de large sous le bâtiment B1 Ouest, surplombée de 10 étages, l’excavation d’une enceinte de fouille de 15 mètres de profondeur aux abords d’une gare en construction avec des trains en circulation. Mais aussi un monitoring permanent des géomètres, le recours au train pour l’évacuation des matériaux afin d’éviter le trafic d’environ 8 000 camions. Le projet a appliqué des mesures constructives et des techniques OPAM (Ordonnance sur la protection contre les accidents majeurs), avec des façades résistant à une explosion, l’asservissement spécifique des installations techniques et les mesures particulières de protection incendie propres aux bâtiments de grande hauteur (60 mètres).

POINTS FORTS

Les points marquants du projet tiennent d’abord à la matérialité des éléments retenus (divers types de granit en façades, sur sol extérieur et pour les bancs publics en forme de ruban). La qualité végétale de la grande place et des terrasses accessibles arborisées sont aussi des points marquants. Enfin, il faut mentionner le recours au « Lean Construction », une philosophie visant à l’augmentation du niveau de qualité, au respect des délais, à la réduction des pénibilités et à la garantie des coûts.